Augmentation
mammaire

Une chose est sûre, notre poitrine fait l’objet de complexes ; nous la trouvons parfois trop petite ou tout simplement, disproportionnée. Si certaines d’entre nous ont déjà sauté le pas, nous sommes encore nombreuses à vouloir mieux comprendre cette opération avant de nous lancer. Chez Seize mai, nous vous donnons toutes les précisions possibles pour que l’augmentation mammaire n’ait plus de secret pour vous.

Sachez d’abord qu’il existe deux techniques bien distinctes : il y a la technique d’augmentation à base des prothèses et la technique dite autologue qui consiste à ajouter de la graisse dans votre poitrine – c’est ce qu’on appelle le lipofilling ou le lipomodelage en français. Bien souvent, cette dernière technique s’accompagne d’un remodelage du sein car il est ici question de modifier son volume mais aussi sa forme de manière harmonieuse.

Durée acte
1h à 2h
Résultat
3 mois
Vie Sociale
3 jours
Reprise Sport
4 semaines
Effet durable
A vie
Coût
3900€ à 4400€
01 02 03 04 05
DéroulementDe la séance
Étape 1 :
L'échange

Lors de votre première consultation, vous échangerez avec notre expert pour mieux cibler votre demande et vos souhaits. C’est aussi durant ce premier rendez-vous que vous essayerez plusieurs implants intégrés dans un soutien-gorge prévu à cet effet. Et parce que nous savons comme il est essentiel de pouvoir se projeter, vous réaliserez systématiquement une simulation 3D qui reflétera le résultat escompté.

Étape 2 :
Le temps de réflexion

Sans aucun doute, tout acte esthétique nécessite un temps de réflexion et nous le comprenons entièrement. Pour cette raison, nous vous proposons de marquer un délai de 15 jours avant de vous recevoir pour une deuxième consultation.

Étape 3 :
La proposition de traitement

Quelle est la voie d’entrée de la prothèse ? Quel sera le type de prothèse utilisée ? Quelle en sera sa forme, sa projection et son volume exact ? Lors de votre seconde consultation, nous aborderons ensemble toutes ces questions et vous guiderons dans la suite de votre parcours. C’est à ce moment-là que nous fixerons notamment la date de rendez-vous avec les anesthésistes et votre préadmission administrative à la clinique.

Étape 4 :
L'intervention

L’intervention peut souvent faire peur, c’est tout à fait normal. Sachez que vous êtes entre les mains des meilleurs experts qui maîtrisent parfaitement les actes d’augmentation mammaire.

Dans le détail, votre opération se déroulera en clinique et plus précisément, dans une salle du bloc opératoire. Notre expert Seize mai vous retrouvera avant le début de l’intervention pour réaliser les dessins préopératoires sur votre poitrine. Si vous avez la moindre question, nous vous invitons évidemment à la poser. Vous bénéficierez ensuite d’une anesthésie générale et il faudra compter entre 60 minutes et 180 minutes d’intervention.

 

Votre réveil s’effectuera, en toute logique, en salle de réveil et vous pourrez ensuite retourner rapidement dans votre chambre. Si vous le souhaitez et si les conditions sont réunies, vous pourrez rentrer chez vous le soir même de l’intervention en chirurgie ambulatoire. Évidemment, si vous préférez rester sur place, vous aurez aussi la possibilité de dormir une nuit à la clinique. C’est à vous de sentir l’option qui vous semble appropriée.

Étape 5 :
Le post-opératoire

Dans les 12-24 heures qui suivent l’opération, n’oubliez pas de commencer à porter votre soutien-gorge de contention et ce, pendant un mois, jours ET nuits. C’est contraignant, nous le savons, mais essentiel pour le bon rétablissement de votre poitrine.

La volumétriepour la silhouette

La technique des prothèses mammaires
Saviez-vous que l’augmentation mammaire par prothèse est actuellement l’intervention la plus réalisée en France en chirurgie esthétique ? Largement reconnue, cette technique permet d’augmenter la taille de votre poitrine en y insérant sous la glande et/ou sous le muscle pectoral un implant mammaire en silicone. De toutes les formes (rond ou anatomique), de toutes les textures (selon la concentration de gel) et de toutes les tailles (selon le bonnet souhaité), l’implant mammaire s’adapte parfaitement à nos attentes.

Dans le cas d’une augmentation avec prothèse, il est parfois nécessaire de coupler cette technique avec l’ajout de graisse – c’est notamment le cas lorsqu’il existe une asymétrie entre deux seins. Pour garantir un résultat optimal, nous conservons alors la même taille de prothèse pour chaque sein et procédons ensuite à des ajustements en injectant la graisse de manière localisée. Finalement, c’est comme si nous « photoshopions » vos seins en corrigeant minutieusement les petits détails de forme et de répartition de volume.

TarifsPoitrine
Augmentation mammaire avec pose de prothèses de 4100€ à 5200€
Augmentation mammaire avec lipostructure de 3900€ à 4200€
Nos réponsesà vos questions
Vous avez des questions ? Nous avons les réponses.
Quelle est la matière de mes prothèses ?

Toutes les prothèses utilisées ont une enveloppe extérieure en silicone et sont remplies d’un gel de silicone cohésif. Il existe aussi des remplissages en sérum physiologique, peut-être en avez-vous déjà entendu parler, mais leur utilisation est marginale en France car ils n’y sont pas commercialisés.

Par quelle voie la prothèse passe-t-elle dans mon corps ?

Ce choix dépend avant tout de vous et de votre chirurgien. Plusieurs facteurs rentrent en compte : il y a le côté esthétique bien-sûr – l’emplacement de la cicatrice est à prendre en considération – mais aussi vos antécédents personnels en termes de chirurgie du sein, vos antécédents familiaux de cancer du sein, la sensibilité de l’aréole et le volume de la poitrine souhaité. L’intégration de la prothèse peut ainsi s’effectuer au niveau de l’aisselle (cicatrice axillaire), de l’aréole (cicatrice hémiaréolaire inférieure ou transaréolaire) ou dans le sillon sous votre sein (cicatrice sous-mammaire).

Où ma prothèse sera-t-elle située exactement ?

Pour ça, il y a deux cas possibles. Votre prothèse se placera devant le muscle grand pectoral ou bien derrière. À nouveau, nous décidons de l’emplacement de votre prothèse en prenant en compte plusieurs critères à commencer par la forme de votre sein, la qualité et l’épaisseur des tissus existants ainsi que vos attentes.

Quand puis-je reprendre le sport ?

Le recul que nous avons sur les prothèses dernières générations nous amène à dire qu’elles doivent se changer au bout d’une dizaine d’années. Mais à vrai dire, il n’existe pas de durée précise et la longévité est variable selon la position de la prothèse, la sollicitation du muscle ou encore, la survenance d’un traumatisme important. Dans certains cas, les prothèses mammaires restent plus longtemps et dans d’autres, il faut au contraire les renouveler après 6 ou 7 ans.

Les prothèses favorisent-elles le cancer du sein ?

Jusqu’à présent, aucun risque de cancer du sein n’a été rapporté suite à la mise en place de prothèses en silicone. Mais comme toutes les femmes, nous devons veiller à surveiller notre poitrine. Lors de votre mammographie, pensez à notifier auprès du radiologue référent votre augmentation mammaire.

Mes cicatrices seront-elles visibles ?

Bien que discrètes, aucune recette miracle n’existe à ce jour pour effacer totalement les cicatrices. Vos cicatrices suivront ainsi l’évolution de la cicatrisation qui dure environ un an et demi : elles seront un peu rouges après les premiers mois puis s’estomperont pour devenir blanches – et donc, moins visibles ! Le pouvoir de cicatrisation de chacun est toutefois variable, nous parlons ici d’estimations basées sur une évolution standard.

Si vous souhaitez toutefois réduire au maximum la cicatrice, sachez que nous proposerons l’option du laser Urgotouch, utilisé au bloc opératoire lorsque vous êtes sous anesthésie générale. Cette technique révolutionnaire permet notamment de réduire considérablement le volume et la visibilité de vos cicatrices. Avant l’intervention, notre expert vous expliquera plus en détails ce procédé et les résultats escomptés.

Peut-on réaliser l’intervention en ambulatoire ?

Oui, cela est tout à fait possible à condition que les normes de sécurité fixées par la Haute Autorité de Santé – qu’on appelle dans le jargon la HAS – soient respectées.

Je dors habituellement sur le ventre, est-ce toujours possible après l’intervention ?

Bien souvent, les douleurs sont importantes au niveau du ventre et ce, du fait de la compression des tissus opérés. Si vous dormez habituellement dans cette position, sachez qu’elle sera malheureusement difficile à tenir – mais pas interdite – durant les 15 jours suivant votre intervention.

Puis-je conduire rapidement après l’intervention ?

Sur le papier, vous pourrez reconduire dès le lendemain de votre intervention mais sachez que cela n’est pas recommandé. Le port de la ceinture appuiera sur vos douleurs et l’apparition d’un hématome n’est pas à exclure en cas de choc. Soyez prudents et respectez une période de repos de 15 jours – cela vous fera le plus grand bien.

 

Puis-je allaiter après une augmentation mammaire ?

Votre implant est placé derrière la glande mammaire. Par conséquent, une augmentation de votre poitrine n’affecte en rien votre capacité à allaiter ; c’est d’ailleurs ce qu’a prouvé une récente étude multicentrique. Par mesure de précaution (nous ne sommes jamais trop prudents), il est toutefois préférable d’éviter une implantation mammaire juste avant votre grossesse car la cicatrisation ne sera pas terminée ou dans le cas où l’allaitement est absolument nécessaire pour vous.

J’ai entendu parler du lymphome anaplasique à grande cellules associé aux implants mammaires , qu’est-ce que c’est ?

Ce lymphome, que l’on appelle plus communément le LAGC-AIM, est un cancer très rare et spécifique lié aux implants mammaires. Sur les 35 millions de porteuses d’implants à travers le monde, seuls 573 cas et 33 décès dus à un retard de prise en charge ont été signalés : il reste donc un phénomène isolé. Comment l’explique-t-on ? Selon les rapports, il semble lié à la présence de prothèses dites macro-texturée que l’on retrouve dans les implants comme le Biocell – désormais retiré du marché – et à une prédisposition génétique des patientes. Vous l’aurez compris, ce lymphome n’est donc pas corrélé aux implants lisses que nous utilisons chez Seize mai. Malgré tout, la connaissance que nous avons du LAGC-AIM doit encore être approfondie et bien qu’extrêmement rare, nous informerons toujours nos patientes de son existence.

Qu’est-ce que le syndrome ASIA ?

Le syndrome auto-immunitaire/inflammatoire induit par les adjuvants serait la conséquence de plusieurs

dysfonctionnements immunologiques déclenchés par l’exposition à un adjuvant. Les controverses concernant

l’existence même de ce syndrome et ses éventuels liens avec les implants mammaires en silicone ont pris de l’ampleur mais à ce jour, aucun lien certain – c’est-à-dire scientifiquement valable – n’a été démontré entre les deux. L’incertitude reste toutefois présente : notre connaissance médicale du syndrome ASIA reste encore à développer et il est encore difficile d’établir un lien probant entre la mise en place d’implants en silicone et l’apparition de signes cliniques de ce syndrome qui restent particulièrement généraux (fatigue, douleurs articulaires, etc). Nous vous invitons à lire l’ensemble du rapport effectué sur le sujet, publié en juin 2020.